Actualités de la Pastorale

Messe d'action de grâce

Juil 10 2013

A l'occasion du départ des sœurs de la communauté, la messe d'action de grâce du samedi 22 juin 2013 a rassemblé une foule immense, à la hauteur de l'événement.

C'est l'occasion de remercier tous les acteurs : les nombreux prêtres qui ont célébré cette messe, les élèves, les parents, les anciens élèves et tout le personnel de l'établissement qui n'ont pas ménagé leurs efforts afin que la fête soit belle. Et elle le fut.

Ensemble nous portons en héritage le charisme de la congrégation (des sœurs de la charité) dans la continuité de l'intuition de leur fondatrice, Sainte Jeanne-Antide THOURET, "servante infatigable de la charité".

 Un grand merci à toutes et à tous.

messe-220613-a.jpg

Assemblée

 Allocution du chef
d'établissement

 Soeurs de la
Communauté

 Assemblée

messe-220613-b.jpg

Assemblée

Procession des
offrandes avec des
jeunes d'horizons divers

 Prêtres de la paroisse
(anciens et nouveaux)
au cours de la célébration
 

Procession des
offrandes avec des
jeunes d'horizons divers


Discours de M. Filiâtre, chef d'établissement 

Chers amis,
L'on ne peut commencer une fête sans prendre le temps de se saluer et je souhaite à chacun et chacune la bienvenue dans cette école Sainte Thérèse qui nous est si chère.
Un salut tout particulier bien sûr à chacun des prêtres présents, prêtres de Nice Ouest, de Menton, de Vence, de Cagnes, actuel ou ancien curé de Sainte Thérèse, sans oublier les prêtres qui n'ont pu venir, en particulier Christian Caruana absent du Diocèse.
Nous ne sommes pas venus par hasard.
Nous sommes venus, chacun, allez disons-le bien simplement, déjà pour remercier chacune d'entre vous, Sœur Marie-Julien, Sœur Anne, Sœur Yannick...
mais au-delà de vos personnes pour la Congrégation représentée ici par Sœur Marguerite, Provinciale...
Je devrais plutôt dire pour les congrégations:
celle des Sœurs de la Charité de Sainte Jeanne Antides Thouret, certes, mais aussi celle de la Sainte Enfance de Digne et celle de Saint Martin.
Au même moment, voici maintenant plus de quatre vingt ans, le Diocèse de Nice construisait un sanctuaire dédié à la Petite Thérèse dans le quartier où elle s'arrêta de retour de Rome en 1887... et les Sœurs de la Sainte Enfance de Digne décidaient également de construire cette école Sainte Thérèse pour le service de l'éducation des enfants du quartier de la Madeleine.
Par delà ces murs qui demeurent.
Permettez-moi d'évoquer particulièrement Sœur Marie Gabrielle Guigue, Juste parmi les Nations qui a accueilli et caché des enfants juifs, ici à Sainte Thérèse durant la Seconde Guerre Mondiale. Ceci explique sans doute notre proximité de cœur avec le collège Or Thorah avec qui nous sommes allés à Auschwitz et qui nous a chaleureusement reçus.
Chacune avec sa personnalité, son caractère mais toutes aussi dévouées les unes que les autres pour celui qui avait besoin d'être écouté, d'être accueilli, d'être aidé, d'entendre une parole de paix, une parole qui vous remette en route...
Gestes de la vie quotidienne qui laissaient percevoir cet immense amour de Dieu, gestes qui en disent plus que n'importe quel discours.
Si je n'ai pas la charité...
Oui, nous sommes venus pour vous témoigner l'amour perçu et reçu au sein de notre école, dans notre paroisse, dans notre quartier.
Présents ou absents, nous souhaitons rendre grâce au don total et gratuit de cette charité qui n'en finit pas de couler partout dans le monde, au-delà des mers, avec l'audace de l'amour, comme l'aime à écrire Sainte Jeanne Antides Thouret.
Paroe que chacun l'aura bien compris, au-delà des religieuses, il y a cette même foi qui nous anime, avec comme seule source, Dieu, seul.
Alors, bien sûr, Sœur Marguerite, vous aviez bien deviné qu'en m'annonçant le départ de votre communauté cela n'allait pas me faire plaisir.
Gagné... enfin presque, vu le choc que j'ai ressenti ce jour-là... '
Et pourtant, nous sentions venir cette décision, qui quelque fut le moment choisi aurait toujours été trop tôt, trop vite...
C'était trop vite oublié les nombreuses vocations au Vietnam, en lndonésie, au Laos ou les communautés qui s'installent comme en Sicile, en Albanie, en Roumanie ou ne serait-ce que le fourneau économique à Besançon et, chez nous même à Nice, ce même fourmeau économique, les "Restos du cœur" de Jeanne Antides, fondés voici plus de deux cents ans.
Comme si nous ne pouvions pas reprendre le flambeau, à notre manière, de la transmission du charisme...
Chrétiens, céderions-nous au pessimisme ou au découragement, alors que comme nous le rappelle le Pape François, I'Esprit Saint nous est donné pour porter |'Evangilejusqu'aux extrémités de la terre.
Autour des Sœurs présentes ici ou ailleurs, partout dans le monde, nous sommes invités à rendre grâce ensemble pour ce que nous avons reçu, dans nos cœurs déjà,
Prions pour que, la où nous sommes, nous soyons des témoins et, a notre tour, des diffuseurs de charité."

Thierry FILIATRE, Chef d'Etablissement
Nice, 22 Juin 2013.